mardi 17 février 2015

Arrêter avec la performance et l'auto-flagellation - Accepter ses failles - Apprendre à se connaître, et admettre qui l'on est.


Bonjour à toutes et tous !



" Arrêter, accepter, apprendre, admettre. "
J'ai pas réfléchi en écrivant ce titre, et pourtant, ça sonne tel un slogan :)
Une seconde série de 4 accords Toltèques ahahah !
Un slogan qui pourrait illustrer ce que j'ai vécu au cours de ces derniers mois, en moi et autour de moi, dans mon entourage. Un titre-slogan spontané en conséquence de mes réflexions dernières.


I -  Les raisons de cet article

Ça a commencé avec des ami(e)s qui, sur tel ou tel sujet, sont régulièrement revenu(e)s vers moi parce que certains résultats se faisaient attendre. Voire, ne venaient pas du tout. Ou pire : régressaient.

Par exemple, l'une d'entre elle, qui souhaitait ardemment se lancer dans le no-poo, a lutté pendant plus d'un an, constatant malgré tous ses efforts que ses cheveux n'étaient pas sains, qu'elle ne les sentaient pas propres, en baladant au quotidien cette infiiiiiiniment désagréable sensation.

Et là, je me suis dit qu'une partie de mon message n'était pas passée. 
Ou mal. 
Ou encore que je m'étais sûrement très mal exprimée. 
Ou peut-être tout simplement qu'il me fallait faire un point.

Parce qu'en effet, ce blog n'est en aucun cas une sommation formelle à faire exactement ce que je fais, sous peine que je vous considère d'un regard condescendant VOIRE méprisant, et pour vous faire sentir que si vous échouez là ou je réussis, c'est que vous ne valez rien.


 AU CONTRAIRE !!!


Ce blog a pour vocation de partager avec vous mes expériences, afin de vous proposer des alternatives, des choix, des essais, pour que vous puissiez vous-même expérimenter ces chemins parallèles.

Du coup j'ai relu mes posts.
Et donc même s'il y a des choses que je ne formulerais plus de la même manière maintenant, je n'ai pas l'impression d'avoir été " magistrale " ou despotique.
Convaincue certes, mais pas magistrale, ni despotique.
Alors je me suis dit que le problème était ailleurs ( tout comme la Vérité. * générique d'X-files...MAINTENANT ! * ).

Et en effet, en constatant moi-même ce que je peux parfois ressentir à propos de mes soi-disant " reculs ", " failles ",
" régressions " ( sur lesquelles je reviendrai plus loin dans cet article ), j'ai finalement réalisé que cela venait tout bonnement de notre bonne vieille société judéo-chrétienne culpabilisante au possible, avec son lot de pressions, de menaces, de cases et de rigidités, qui fait que quand tu t'engages dans un truc quel qu'il soit, tu t'y tiens, virgule, connasse, parce que la maison n'accepte pas l'échec. ( Notez le jeu de mots.              Oui, je sais. )




Parce que pour en revenir à notre exemple bien parlant, lutter et s'enfermer dans le no-poo quand on y trouve tout sauf du plaisir, que l'on s'obstine alors qu'on se sent limite mal et que tout nous dit qu'il y a erreur, c'est confondre volonté de changement et dogmatisme insidieux.
J'insiste sur le terme " insidieux " parce que cette amie est brillante, contestataire et un poil rebelle, et je sais que sa démarche n'est en aucun cas irréfléchie.

Comme elle ne souhaitait pas revenir au cycle du shampoing + regraissage, je lui ai conseillé moult recettes, au bicarbonate, au shikakai et autres poudres indiennes, et comme rien n'apportait de résultats, j'ai évoqué le cas du savon d'Alep, mais je sentais que pour elle, l'utiliser serait presque vécu comme... un échec, un retour en arrière. Et à cet instant je me suis dit et LUI ai dit : " Et alors ! On est pas dans la performance, ce n'est pas une question de réussite ou d'échec ! La seule et unique VRAIE quête consiste à rechercher le plaisir et la douceur envers toi-même. Tu as tout essayé, tu as été d'une incroyable bonne volonté et ça ne fonctionne pas, tant pis ! N'aie aucun regret ! "

Et donc cette satanée pression sociale, avec son obligation de résultats, vient même nous écraser dans ce genre de détails insignifiants qu'est une aventure capillaire ! Ö_Ö

OUI. TOUT. VA. BIEN.

Il en est de même pour l'alimentation physiologique...
Une autre amie, d'excellente volonté et brillante dans bien des domaines également, s'était lancée dans l'expérimentation frugivore, et je la vois poster un jour sur sa page Facebook un statut du genre " je suis faible, j'ai craqué devant la boulangerie qui sentait si bon, j'ai pas réussi à tenir blablablabla... "

Et là, effroi dans ma cervelle.
Mais qu'est-ce qu'on s'en FOUT, hein, de craquer dans une boulangerie quand on se lance dans le frugivorisme ? Franchement ? Qui est le juge dans cette histoire à part nous-même ?!
Vous rendez-vous compte de la somme de culpabilité interne qu'il faut se traîner pour aller " expier " de la sorte sur la toile ? C'est ÇA qui est dingo !







Donc là je dis : STOOOOP ! On se calme, on respire, on prend de la distance, on se rassemble.

Considérons s'il vous plaît le pourquoi du comment : quand on se lance dans la slow ou no cosmétique, dans le frugivorisme ou la décroissance, c'est l'histoire d'une Vie. Pas de quelques mois.
Votre but est de changer quelque chose dans votre quotidien ? Très bien ! Lancez-vous, mais ne perdez JAMAIS de vue que la seule et unique finalité qui nous intéresse vraiment est celle du bien-être, de l'écoute de soi, du plaisir et de la douceur.

Ne perdez jamais de vue non plus que " là où il y a douleur ou inconfort, il y a erreur ".
Dans le cas de l'alimentation physiologique, si vous vous sentez plus mal qu'avant, c'est OU que la détox est trop forte et que donc vous allez trop vite, OU que vous n'avez pas écouté vos besoins et que vous êtes allé dans le sens du dogme et non de la douceur ( ex : le fatigué chronique qui arrête la viande... ERREUR ! cf mes articles précédents ).

Du coup, appliquer ce que vous lisez sur ce blog avec les mêmes critères d'auto-flagellation et de performance auxquels j'essaie constamment de tordre le cou au fil de ces posts, c'est carrément abscons !

Votre but est de devenir frugivore ? Sachez que dès le moment où vous prenez cette décision en votre âme et conscience, si c'est vraiment ce que vous souhaitez, peu importe tous les soi-disant " écarts " que vous ferez, que ce soit pas leur nature ou leur durée, vous deviendrez frugivore :)


Ce qui compte, c'est d'aller dans la direction que vous prenez en ayant conscience de vos choix, en les assumant et en collant au mieux à votre Moi profond.







II - Mon cas à moi

Je pense que pour coller à ma logique d'honnêteté envers vous ( et envers moi-même ) et pour vous prouver que je ne suis définitivement pas le modèle de perfection que certain(e)s pensent que je suis ( n'importe quoi, j'vous jure... ), il me semble important que vous sachiez que moi aussi, auteur de ce blog, je suis aux prises avec mes ambivalences.

Sauf que maintenant, " j'accepte mes failles, j'apprends à me connaître et j'admets qui je suis " ( oui vous savez,
le titre ! )

Vous voulez des exemples ? Vous allez en avoir !
Et je prends les devants quant aux éventuels détraqueurs/haters qui pourraient voir ça comme " ah ouais d'accord, elle se justifie parce qu'elle recule ".
Eh bien non, je ne me justifie pas. Je me montre vulnérable. Je vous fais part de MES " failles ", de " MES " faiblesses, enfin, ce que notre société considère ainsi et qui ne sont en fait que des évolutions, des remises en question et des concessions pour être le plus en accord avec moi-même possible, et pour que mes journées soient toujours plus douces.

  • La bouffe :

    Dans la série " j’admets qui je suis ", je vous citerai mon penchant absolu pour... le pain.
    Quand j'étais ado et post-ado, je voulais être ( entre autres hein, évidemment... ) boulangère, parce que j’adore, que dis-je, je voue un culte au bon pain au levain bis crousti-moelleux qui sort du four.
    Et donc OUI, la gonzesse frugivore anti-gluten de ouf que je suis, ça lui arrive aussi d'en manger, du pain !
    Oui madame !
    Bon, le problème, c'est que maintenant que je ne suis plus en tolérance je le paye direct avec des migraines... et des insomnies.
    Du coup ben... j'évite. Et forcément mon corps me remercie.

    Dans la série " j'accepte mes failles ", les nominées sont... LES PATATES  !!
    Béni soit le jour où l'homme découvrit les patates T_T
    Toutes les patates hein, sous toutes leurs formes ! Et alors quand elles sont en mode Chips à l'ancienne bien fines et bien pliées dans tous les sens... MAMMA MIA !
    " Ouuuuiiii mais les chips, c'est pas naturel, c'est pas cru, c'est pas sain, c'est plein de molécules de Maillard, c'est cancérigène, tu crains grave ! "
    A fond.
    Mais c'est trop bon.
    Du coup, je peux vous dire que quand c'est la fiesta à la maison, pour me faire plaisir mon amoureux ou mes potes me ramènent le méga paquet familial de 7 kgs que je finis bien évidemment en... 3 heures.

    Ajoutez à cela que je suis ch'ti et que donc les frites du Nord c'est un peu comme le beurre salé des Bretons... Y'en avait dans mon biberon ! Ahah !

    Il y aussi le chocolat au lait...
    " Le chocolat AU LAIT ?! Avec du LAIT D'ANIMAL DEDANS ?! Sale vegan de pacotille, j'irai cracher sur ta tombe espèce de capitaliste égorgeuse d'animaux, porte de la fourrure pendant que tu y es, JE TE MÉPRISE, TRAITRESSE !! "
    Ben oui, je sais. Je suis vegan, militante, et il m'arrive de manger du chocolat au lait. Et même du fromage d’ailleurs !
    Et alors ? Quoi ? J'attends !

    Entre moult autres exemples !
    Et croyez-moi, ce n'est pas pour autant que je me sens coupable, faible, frugivore en carton.
    Je suis en paix avec tout ça maintenant.
    Bien sûr ça n'a pas toujours été le cas, mais au lieu de considérer le peu que j'ai " mal " fait, je regarde en arrière et considère tout ce que j'ai fait de bien, à ce niveau, depuis ces dernières années.

    Les à-côtés ne sont finalement rien d'autre que des envies satisfaites . Le tout est de savoir choisir au mieux pour faire le moins de mal possible.




  • Les cosmétiques :

    AH !
    LE sujet qui va faire jaser !
    La meuf qui se gargarise d'avoir arrêté tous les cosmétiques aurait-elle en faits menti ?!

    Non.

    Au moment où j'ai écrit mon article, en juin 2014, cela faisait des semaines voire des mois que j'avais balancé tous mes cosmétiques, que j'avais assouvi ce besoin de vide, de naturel, de rien d'autre que de l'eau fraîche et du soleil.
    Après une énième allergie à un rouge à lèvres ( si beau pourtant... ), qui avait frisé l’œdème de Quincke, ça m'avait viré, et ça faisait des années que ça me titillait.

    Mais au fil des mois, du temps qui a passé, j'ai aussi admis que j'étais, au fond et avant tout, une petite fille qui avait adoré, pendant toute son enfance, fouiller dans les tiroirs magiques de la coiffeuse au grand miroir ovale de sa maman, qui promettaient des merveilles dignes des Princesses, entre les vernis rouge à la Rita Hayworth et les rouges à lèvres Chanel.
    Une petite fille qui a passé des centaines d'heures à se déguiser avec sa meilleure amie LN ( ), à rêver être la pin-up de Tex Avery, avec force bleu baveux jusqu'aux sourcils, et le blush rose fluo sur les joues :')

    J'ai appris à admettre que malgré cette envie profonde d'avoir la salle de bain vide de Bea Johnson, je reste une fille qui ADORE le maquillage et les produits de beauté qui me faisaient tant rêver quand j'étais enfant.



    Il a aussi fallu que j'admette complètement qu'en tant que peintre, j'ai tendance à hyperventiler de la même manière devant ça... :






    ..que devant ça :




    Ou devant ça :





    ... autant que devant ça :




    Ou encore devant ça :




    ...autant que devant ça :




    Si vous ajoutez à ça qu'avant de tout balancer au printemps 2014, j'étais une inconditionnelle de la technique du layering japonais et/ou coréen, qui consiste à superposer, dans un ordre précis, 7 à 10 produits de soin sur son visage ( et Dieu que les résultats étaient bons ! ), eh bien vous comprendrez que dans mon introspection ( utile ET futile ), j'ai compris que j'étais une personne qui fonctionnait par cycles. Et que si il y a un an j'étais dans un cycle SANS cosmétiques, aujourd'hui je suis à nouveau dans un cycle AVEC.

    J'ai admis aussi que je suis une VRAIE collectionneuse de make-up.
    Moins pour l'utiliser que pour la beauté des objets d'ailleurs ( un peu comme les chaussures quoi... ).

    Et je me sens bien ainsi, en assumant ces états de faits, en accueillant avec Joie et sérénité la réaction délicieusement enfantine que je ressens quand j'ouvre une palette de fards à paupières, avec toutes ces couleurs si jolies, ces paillettes et ces dégradés .


    Je suis comme ça, avec mes 8 ans et demi d'âge mental.


    Je n'ai pas envie de coller à tout prix à une décision que j'ai prise il y a un an et qui ne reflète plus mon état d'esprit actuel, par peur de la réaction des autres, de mes lectrices, pour absolument rester dans une case.
    C'est là qu'est l'erreur et que la volonté d'écoute se transforme en dogme avilissant et frustrant.



III - des évolutions tout de même

Tout ceci n'aurait cependant aucun intérêt si aucune remises en question n'en découlaient, sont donc évidemment apparus des changements bienfaisants par rapport à " avant " :

• concernant les cosmétiques, dans mes phases AVEC, je consomme plus responsable :
     - je fais attention à ne pas acheter de marques qui testent leur produits sur les animaux
     - je fais gaffe à la liste des ingrédients
     - j'essaie de consommer bio dans la mesure du possible
     - j'ai adapté ma routine de soins avec des produits naturels tels que les hydrolats, l'aloé vera, les jus faits maisons, le kombucha...
     - Pour les vernis, afin que les substances nocives n'entrent pas en contact avec mon ongle, je pose toujours une bonne couche de base Avril, Suncoat ou Kure Bazaar, c'est à dire des bases Bio et/ou naturelles et/ou non nocives.
     - Je m'écoute, tout simplement. Je peux passer des jours sans rien faire d'autre que passer de l'eau florale sur mon visage le matin, et d'autres ou je vais passer deux heures et demie dans la salle de bains : je ne subis plus, je choisis, j'adapte.

Je sais aussi qu'il y a des produits que je ne consommerai plus jamais comme les déodorants, le dentifrice, les gels douche bourrés de methylizothiazolinone... etc.



• concernant l'alimentation, je suis beaucoup plus dans la souplesse, je ne suis aucune règle sauf celle de coller précisément à mes envies et mes ressentis . Cependant, je sais que certaines choses sont irréversibles, car l'inverse me fait du mal, au corps ou à l'âme :
     - Plus jamais de ma vie ( sauf si je suis en danger de mort ) je ne mangerai de chair animale.
     - Plus jamais je ne retournerai à une alimentation qui ne contient pas une immense majorité ( ~90% ) de végétaux crus.
    - Plus jamais je ne vivrais sans mon juicer et mon blender, pour me faire des jus au maximum, car ce fut une vraie révélation dans mon quotidien.







IV - Les autres et leurs avis...

" Laisse tomber tu tiendras jamais. "
" Nan mais c'est n'importe quoi ton truc, c'est dangereux en plus, arrête sinon tu vas mourir. "
" Moi j'ai lu l'histoire d'un pakistanais qui a dû se faire amputer des deux jambes parce qu'il a mangé trop de litchis. "

Oui oui oui, on a toutes et tous eu affaire à ce genre de répliques débiles, horripilantes et décourageantes quand on a annoncé vouloir se lancer dans une nouvelle expérimentation...

Les autres et leurs opinions néfastes sont bien souvent des personnes qui veulent vous décourager parce qu'elles se sentent elles-mêmes frustrées de ne pas avoir votre cran ou votre courage.

Ce sont les mêmes qui n'hésiteront pas à vous montrer du doigt et vous répéter : " je savais bien que tu n'y arriverais
pas !
" ou " Ah ! T'as craqué, t'as craqué ! " au moindre ajustement ou retour en arrière.

Mon conseil ? Fuyez ces gens. Ignorez leur sarcasmes.
Ce genre de vampires à bonnes énergies ne vous apporteront rien de bon. Si vous vous confiez à quelqu'un sur vos volontés, et que vous recevez en retour une réaction qui ne s'apparente ni de près ni de loin à du soutien, de la sollicitude et de l'Amour, fuyez.
Loin.


Attention, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : le dialogue est très important, dès lors qu'il est ouvert et à l'écoute de l'autre. L'avalanche de cynisme et de sentences " rabaissantes " n'a rien à voir avec du dialogue.


Vous êtes la seule personne qui peut améliorer votre vie, vous êtes la seule personne à qui vous devez rendre des comptes et vous êtes la seule personne qui sait VRAIMENT qui vous êtes et ce que vous voulez vraiment.
Et quoi que vous fassiez, dès le moment où c'est motivé par l'Amour de vous-même et des autres, vous êtes sur la bonne voie. Peu importe les doutes, les retours et les chutes.


Et j'appliquerai donc ces lignes à mon propos également : si vous êtes déçu(e) de mes confidences précédentes, je n'aurai aucune justification à fournir ;)
Il faudra me prendre dans mon entièreté


V - Conclusion

N'ayez pas peur du changement.
N'ayez pas peur des ajustements.
N'ayez pas peur d'admettre que ce qui vous convenait d'enfer il y a six mois n'est plus en accord avec le Vous d'aujourd'hui.
N'ayez pas peur de vos envies sous prétexte de trahir vos aspirations et vos idéaux, car dès le moment ou vous faites un pas vers eux, aussi petit soit-il, c'est celui-là qui comptera, et pas les 12000 autres que vous aurez pu faire dans les autres directions.

Pour conclure, je vous raconterai juste l'anecdote suivante : m'entendant taper avec frénésie sur mon clavier tout à l'heure, mon amoureux m'a demandé ce que je faisais. Je lui ai répondu que j'écrivais un nouvel article qui s'intitulait :
" Arrêter avec la performance et l'auto-flagellation - Accepter ses failles - Apprendre à se connaître, et admettre qui l'on
est
".
Sa réaction première fut de me dire : " Ah ben ! Prends-en de la graine ! :) "


C'est un long chemin.







Pour aller plus loin :


     • Les 4 accords Toltèques de Don Miguel Ruiz



     • Lâcher Prise de Guy Finley





J'espère que cet article vous aura apporté.
Prenez soin de vous, je vous embrasse,
Saturne.




mardi 3 février 2015

Reléguer les problèmes de poids dans la case " souvenirs " grâce à l'alimentation physiologique



Bonjour à toutes et tous !

Je suis désolée de cette absence prolongée, mais mon groupe THE WAY I AM a été signé par le prestigieux label Klonosphere l'été dernier, et comme notre EP 6 titres est sorti le 14 novembre dans les bacs, mon programme a été quelque peu... bouleversé, ces derniers mois.
Mais c'est une très grande nouvelle que je suis heureuse de partager avec vous !

Si ça vous intéresse, retrouvez toutes les infos nécessaires sur www.thewayiam.net ou sur facebook.com/twiamband :)


 ----------------------------------

Je reviens aujourd'hui avec un sujet quasi-systématiquement abordé avec les personnes qui me questionnent sur le mode de vie physiologique :


le poids.






S'il y a bien une lutte perpétuelle chez la majorité des femmes ( et chez de plus en plus d'hommes ! ), c'est bien celle qu'elles entretiennent malgré elles avec leur silhouette. La plupart d'entre elles se trouvent trop rondes, trop grosses, trop tout. Et c'est à grands coups de régimes drastiques servis chaque année dans la presse féminine après les fêtes de Noël et surtout lorsque les beaux jours s'annoncent, qu'elle tentent de pulvériser ces kilos dépréciés et cette cellulite maudite.

Aussi, à force de volonté et de privation, les résultats arrivent. Mais le corps sait se défendre et a fortiori contre sa plus grande peur : la disette ! Du coup, les kilos reviennent vite, très vite, trop vite, plus nombreux qu'avant le régime, le tout à la sauce " déprime + estime de soi = 0 + résignation absolue "...

Chouette programme dites-moi !

La bonne nouvelle, c'est qu'il existe une alternative saine, définitive et joyeuse : l'alimentation physiologique !!





• Déjà, pourquoi grossit-on ?

Vous vous en doutez peut-être, mais tout tourne, une fois de plus, autour de la tentative désespérée du corps à retrouver l'équilibre homéostatique, face à la déferlante de déchets acides qu'il est obligé de contrer au quotidien. Et cela à cause de nos modes de vie délétères.

Face à cet assaut agressif, le corps à trois possibilités, ce qui nous donne trois grands profils :
  1. la personne gonflée par l’œdème = la rétention d'eau :

    En effet, l'eau permet de diluer la concentration acide dans le milieu corporel. Pour se défendre, le corps fait l'éponge, afin de protéger ses cellules contre les attaques.
    Résultat >> Quand on se débarrasse de ses acides, on perd son eau ! C'est pour cela que les personnes qui entrent dans le mode de vie physiologique ont l'impression de passer leur vie à uriner, dans les premiers temps ^_^
    3
  2. La personne qui accumule le gras :

    N'oubliez pas, tout ce qui est gras protège le corps : comme le cholestérol protège les vaisseaux sanguins des attaques acides et la lymphe protège la peau des acides en formant des boutons, les cellules graisseuses vont être les réceptacles des déchets acides dont le corps ne sait que faire, afin de protéger les autres cellules !
    Résultat >> Quand on se débarrasse de ses acides, les cellules graisseuses n'ont plus de raison d'être, elles se vident naturellement !
     
  3. Le/la maigre qui compense :

    Ça, c'est mon cas : je suis très mince, je l'ai toujours été, mais par contre, j'ai eu des cheveux blancs dès l'âge de 13 ans...
    En fait, je ne stocke pas les déchets, mais mon corps contre leur acidité en puisant dans ses réserves minérales que sont les os, les cheveux, les dents, la peau, les ongles. D'où ma peau sèche, mes ongles désespérément mous qui ne poussaient jamais, mes cheveux blancs, mes dents relativement fines, etc.
    Depuis que je suis entrée de pied ferme dans le mode physiologique, j'ai des ongles durs comme du bois, une peau normale et je ne désespère pas de retrouver mes cheveux bruns, même si ça prendra beaucoup de temps à grands coups de jus verts !

    Vous pouvez être l'un ou l'autre de ces profils, mais aussi cumuler les joyeusetés, genre gras et rétention d'eau, voire le combo gagnant " gras + eau + déminéralisation " ! :(




Ensuite, pourquoi les régimes amaigrissants ne fonctionnent-ils jamais ?

Parce qu'il sont tout simplement basés sur un paradigme inepte et absurde : celui des calories.
Inepte et absurde parce qu'on ne prend en compte que la quantité des calories ingérées, et non leur qualité !

Je m'explique, prenons l'exemple des femmes, de qui l'on a décrété les besoins caloriques moyens à 2000kcal par jour.
Cela nous donne, en listant des menus " normaux " :
Matin : 1/4 de baguette + beurre + confiture + café + sucre
Midi : Carottes râpées en sauce + steak + pâtes en sauce + tranche de pain + fromage + pomme
Goûter : barre chocolatée
Soir : Soupe + poisson + risotto + salade verte + yaourt.

Mais si l'on regarde d'un peu plus près, qu'est-ce qui nourrit vraiment dans tout ça ? Je veux dire, au sens micro nutriments ( vitamines et minéraux ) nécessaires au corps, au delà de l'apport glucide/lipides/protides ?

Les carottes râpées ( et encore ! Si elles ne sont pas fraîchement râpées, on oublie ! ), la pomme du midi ainsi que la salade verte du soir. La soupe, elle, est très très bof si elle est cuite...

En gros, 150 kcal seront utilisables par le corps sur 2000kcal ingérées dans la journée...
On peut dire qu'en gros, la femme moyenne est en jeûne perpétuel.

Pourquoi ? Parce que dans cette journée somme toute " normale ", tout ou presque est cuit et raffiné, donc mort, donc inutilisable par le corps. Cette alimentation remplit le ventre au sens propre du terme mais ne NOURRIT pas.
Elle produit plus de déchets que de matériaux utiles, contre lesquels le corps va devoir, une fois de plus, lutter, en neutralisant, ou en stockant dans du gras !
( Vous comprenez maintenant pourquoi certaines femmes se plaignent de ne jamais manger de friandises, de ne pas faire d'écart, d'avoir une alimentation " normale " et de prendre quand même du poids... )

Ajoutez à cela les poisons véritables que sont le gluten, boucheur-irritant des villosités intestinales, et les produits laitiers extrêmement acidifiants et congestionnants ( cf mes articles sur le gluten 1 & 2 et le lait ), ne vous étonnez pas de voir toutes sortes de symptômes sympathiques arriver en plus de votre surpoids ( acné, peau grasse, constipation... ).

Et donc, dans le cas des régimes, où l'on ne fait que bêtement réduire la quantité de calories sans se poser la question de leur qualité, on contraint encore plus ce corps déjà littéralement AFFAMÉ !!
Peut-on tenir le coup avec une petite salade verte, un morceau de poisson, une tranche de pain complet et de gruyère allégé, puis une pomme en dessert, histoire de ne pas excéder 1200 kcal dans la journée ?
ABSOLUMENT PAS !

Donc forcément, le corps entre en résistance, la faim devient intenable et on finit par craquer, avec toute la culpabilité de rigueur, l'estime de soi dans les chaussettes, affublée de plus de kilos qu'au début du régime...

OUI. TOUT. VA. BIEN.


Ce que l'alimentation physiologique révolutionne :

Pour comparer avec l'affligeant constat précédent, j'ai joué le jeu de compter les calories que j'ingère...
Eh bien le résultat oscille entre 3000 et 4000 kcal par jour !

Et je pèse 50 kgs pour 1m74.

En plus de ça je suis musclée, fit, et j'ai une méga patate de Jack Russel malgré des insomnies récurrentes !

Alors 4000 calories oui, mais 4000 calories de bananes, de carottes, de pommes, de pastèques, de pommes de terre
( vapeur ), de céleri, de maïs, de tomates, d'avocats, de noix de cajou, de raisin, d'oranges, de clémentines, de blettes, de navets, de poireaux, de litchis, de mangues... j'en passe teeeellement et des meilleures !

Ce qui prouve bien que ce n'est pas la QUANTITÉ que l'on ingère qui est essentielle mais bien la QUALITÉ !
Notre corps a cette magnifique capacité de nous avertir de ses besoins grâce à la sensation de faim et de satiété ! Il suffit juste d'être à l'écoute, de lui apporter les éléments nutritifs dont il a besoin ( fruits, légumes, graines, le tout cru au max ), et plus besoin de peser le moindre aliment ou compter les calories !

Vous avez perdu ces signaux naturels ? Qu'à cela ne tienne, il reviendront dare-dare avec ce mode de vie et d'alimentation, je peux vous l'assurer !

Bref, du cru, du frais, du biodisponible, dont le ratio utile/déchet est de 100 pour 1 ! Et pas 1 pour 100 comme dans les cas listés plus haut !
Dans le cas d'une personne qui a du poids à perdre, avec cette alimentation frugivore, le corps va ENFIN pouvoir se nourrir et retrouver la force de lutter pour éliminer ses déchets accumulés depuis des années.
Si les émonctoires que sont les reins et les intestins fonctionnent bien et ne sont pas engorgés, les déchets s'évacuent, les cellules graisseuses n'ont plus lieu d'être, les kilos superflus s'envolent.

Elle retrouve la santé, la beauté et la silhouette fit que tout un chacun devrait avoir sans la moindre privation ! Au contraire ! Dans l'abondance absolue ! Sans faim, sans frustration, sans douleur.




Je précise " si les émonctoires fonctionnent bien". C'est à dire si les urines sont troubles et les intestins dénués de constipation, ce qui est plutôt rare dans nos sociétés modernes où le gluten est roi. Tapissant sans relâche nos pauvres villosités intestinales, créant ballonnements, constipation et problèmes intestinaux de tous ordres ( entres autres ).


• L'importance des émonctoires :

Ce sont eux qui dirigent les déchets vers la sortie ! Il faut donc les aider dans cette lourde tâche, surtout dans un contexte de perte de poids !
Ainsi, en plus de s'orienter vers le frugivorisme, en commençant par végétaliser au maximum votre alimentation, il faut soutenir vos émonctoires qui peuvent être au bout du rouleau si vos systèmes nerveux et endocrinien sont à plat.

Pour les intestins, l'utilisation de psyllium blond est tout à fait recommandable ( ce sont de tous petits pétales de fleurs, des téguments, qui gonflent et forment une espèce de gel au contact d'un liquide, qui officient ensuite tel un " balai intestinal " ), à boire délayé dans du jus de fruits par exemple. A vous d'ajuster la quantité par des tests successifs en fonction de votre confort et vos besoins.
Les lavements peuvent être d'une grande aide ! Nos intestins ressemblent un peu à des plats à gratin couverts de restes de lasagnes brûlées... La seule solution pour décoller tout ça : LAISSER TREMPER ! C'est le rôle du lavement qui, non, ne détruit absolument pas la flore intestinale, au contraire ! Ils lui permettent de se renouveler plus rapidement, justement.

Pour régénérer la sphère rénale : DES JUS !! Tous les jus, mais en particulier ceux à base de fruits et légumes diurétiques : céleri, concombre, cerises, pastèque, melon...
Les agrumes, de par leur acides trèèès légers vont venir quant à eux dissoudre les déchets ( calciques entre autres ) que vous pourriez avoir stockés dans vos reins, entravant leur bon fonctionnement.

Le brossage à sec de la peau et les bains alcalins vont venir aider à neutraliser les acides par la peau. Ce processus est essentiel lors de la perte de poids.

Je vous invite à lire ou relire mes articles sur ces pratiques ICI et LA.





• Dernières expériences en date :

Mon compagnon, suite à une longue période de stress, s'était réfugié dans le grignotage intempestif.
Il a pris plus de 25 kilos en un an, qu'il a perdus en moins de 6 mois !
Et pourtant, ne partageant pas les mêmes considérations éthiques et médicales que moi, il continue à manger de la viande et des pâtes de temps en temps. Cependant, le grand changement réside dans le fait qu'il  a considérablement végétalisé son alimentation, et boit des jus régulièrement. Et il n'a aucunement eu l'impression de se priver puisque les volumes ingérés dans un tel mode de vie sont réellement conséquents. Élément qui effraie généralement toute personne qui souhaite se " mettre au régime ".

Ma copine Maud qui a passé le cap du frugivorisme + jus, elle, a perdu direct 3 kilos dans les 10 premiers jours, " en mangeant toute la journée " selon ses dires.


• La question du sport :

OUI il est très important de faire du sport. MAIS de façon modérée, adaptée, joyeuse.
Évitez la contrainte, prenez le temps de choisir des activités qui vous plaisent et vous conviennent, sinon vous ne tiendrez pas dans la durée.

Me concernant, je rêvais depuis gosse de faire du cheval, je me suis lancée il y a un an ! Et je peux vous dire que c'est du sport ! 5 jours de grosses courbatures en moyenne, dans tout le corps. Mais c'est tellement chouette que j'y retourne :)
C'est ÇA qu'il vous faut trouver.

L'activité physique est très importante puisqu'elle permet l'oxygénation du corps et donc l'oxydation nécessaire des acides faibles apportés par les fruits, véritables " nettoyeurs " du corps, pour agir sur les acides ; ainsi que le mouvement de la lymphe et donc l'évacuation plus rapide des déchets !





• La question de la viande :

Oui je suis une vegan militante.
Je suis contre la mort des animaux pour me nourrir. Mais ce sont MES convictions et surtout je suis consciente que dans le cas des personnes épuisées, fatiguées chroniques, l'arrêt des produits animaux peut être catastrophique.
En effet, les personnes dans cette situation ont le système nerveux et endocrinien tellement à plat que la viande CRUE
( pas cuite, sinon ça ne sert à rien ) peut les aider à trouver les hormones et les neurotransmetteurs que leur corps est tout simplement incapable de produire.

Alors si vous vous trouvez dans ce cas, attention à l'arrêt total de la viande. Autorisez-vous quelques carpaccios qui vous aideront à surmonter cette étape. C'est un cap à passer. Une fois sur pieds, vous pourrez revenir à un régime plus en phase avec vos convictions.

• Les à côtés :

Je vous renvoie à mon article sur le mode de vie physiologique qui liste les à côtés de l'alimentation en détails :
- sommeil
- soleil
- vie sociale épanouissante, etc.
Autant de critères essentiels pour perdre du poids et atteindre vos objectifs, même si le changement de votre régime alimentaire effectuera 90% du job.





• Trop beau et trop facile pour être honnête ?

Ahahah ! Je comprends ! " Abondance " est généralement antonyme de " minceur ".
Et pourtant... Je ne peux que vous encourager à  sauter le pas !
Essayez un mois et vous verrez ;)
Un mois, c'est quoi ? Quatre malheureuses petites semaines ! Au pire, il ne se passe rien et vous ne remettrez plus jamais les pieds les yeux sur ce blog !

Je n'ai pu QUE constater des résultats exceptionnels sur les personnes qui m'ont fait confiance et que j'ai eu la chance d'accompagner dans leur changement de vie.
Je l'ai vu moi-même, sur la reminéralisation qui s'opère en moi au quotidien...

Surtout qu'en plus de perdre ces kilos qui vous gâchent la vie et entravent votre liberté de mouvement, vous allez gagner la santé et la beauté. Même si ces deux derniers éléments mettront peut-être plus de temps à se manifester, en fonction de là où vous partez, les énormes quantités de minéraux que vous ingérerez ainsi, et qui sont les briques de notre trame tissulaire, vous apporteront vitalité, forme et jeunesse cellulaire :)



Pour aller plus loin :








J'espère que cet article vous aura apporté.
Prenez soin de vous, je vous embrasse,
Saturne.




dimanche 14 septembre 2014

Comment réagir en cas de Syndrôme de Fièvre Acheteuse ( cosmétique ) ?


Bonjour à toutes et tous,


Depuis que j'ai arrêté les cosmétiques, J'ai régulièrement affaire à un curieux et persistant syndrome : le Syndrome de Fièvre Acheteuse, aussi appelé SFA.

Oui oui, comme le Sanibroyeur du même nom. Je trouve que c'est assez parlant comme image...

Ça se manifeste souvent de la manière suivante : je m'intéresse à un sujet beauté quelconque ( la peau, les cheveux, le teint... ), et forcément, puisque le lobby cosmétique est très puissant, on le trouve partout dans les articles consacrés. Et forcément ( bis ), toute humaine pavlovisée-conditionnée que je suis, je clique sur ces réclames alléchantes, aux couleurs qui font mouche, aux promesses qui me touchent ( vous noterez la rime ET l'Alexandrin ), et me voici au rayon hygiène et beauté de ma pharmacie ou de mon Carrefour le plus proche pour toucher ( et-peut-être-acheter-allez-quoi-c'est-pas-souvent ) l'objet ou LES objets de mon désir futile.

Voire carrément, dans les cas les plus sérieux : faire un HAUL.


Image issue du blog Cosmetic Crave ( .com )


Oh. My. God.



Et puis je me raisonne.
Et puis je repose le(s) produit(s).
Et puis je m'en vais.

Désormais ça m'arrive de moins en moins mais il est arrivé, extrêmement rarement certes, que je craque.

Il faut dire aussi, avec des porte-paroles du monde de la Beauté aussi cool, jolies, enthousiastes et passionnées que Coline de Et Pourquoi Pas Coline ? ou Hélène de Mon Blog De Fille, comment voulez-vous y échapper ? Nous aussi on a envie de tester ce truc " ultra-ultra-top qui sent trop bon et qui fait des cheveux de sirène " ou " ce sérum complètement génial qui a vraiment changé l'état de sa peau " ?

Ben oui quoi. On fait ce qu'on peut.

Alors si vous êtes comme moi et que vous vous reconnaissez dans cette intro, comment faire pour résister, éviter la frustration pour ne garder que le sentiment de fierté et de détachement ?



I - Déjà, définir des objectifs clairs et les garder en tête :

Vous voulez quoi exactement ? Précisément ? Sans détour ?

• Arrêter définitivement la chimie et dépolluer votre corps ?
• Vider votre salle de bains de tous ces flacons et autres tubes qui encombrent votre espace et votre esprit ?
• Ralentir progressivement les cosmétiques pour n'avoir que quelques chouchous pas trop dégueu ?
• Arrêter de dépenser des sommes folles dans des fausses promesses débiles ?

Fixez de réels objectifs. C'est à dire atteignables pour vous en ce moment.


Zero Waste Bathroom par Rebecca Rockefeller



Si vous êtes une extrémiste forcenée comme moi, et qu'après un ras-le-bol total vous jetez tout à la poubelle pour ne garder que le strict minimum-bio-naturel-"touche-pas-à-mon-corps-saloperie-de-paraben", vous pouvez aussi, libre à vous.
Mais c'est comme passer directement de l'omnivorisme au frugivorisme : c'est tout à fait faisable mais il y aura forcément des moments de tangage.

Alors soyez réaliste, avancez encore une fois à VOTRE rythme, et tenez vos engagements.
Passez un contrat avec vous-même. Signez-en un pour de vrai s'il le faut !


II - Une fois votre décision prise, en cas de SFA, adopter la technique de l'observation :

• D'abord, observer notre désir d'achat soudain :

- est-il vraiment puissant ou plutôt mouais-bof ?
- est-ce vraiment le produit qui nous parle ou une simple envie d'acheter ?
- ce " besoin " si soudain en cache-t-il en fait un autre ( faim parce que régime strict pas adapté, vide affectif, stress... ) ?


• Ensuite, on observe la persistance de cette envie :

Et pour cela une seule solution : d'abord on note dans un carnet les choses que l'on souhaite acheter là maintenant tout de suite, tellement que si on ne l'achète pas on va faire des insomnies.
On consigne tout, et surtout on met la date.
Ensuite, on note dans son agenda, pile poil un mois après " regarder la liste d'envies du ../../.... "
Si en la relisant, ne se remet pas à baver et sautiller frénétiquement comme un Jack Russel devant une baballe, c'est qu'on en a ni besoin, ni même réellement envie.

Donc  ----------------> ON ZAPPE DÉFINITIVEMENT.


makeupcollection.net



• Si l'on en a toujours vraiment envie un mois après, il reste l'étape de l'observation même du produit :
  1. on se branche sur beauté-test.com pour trouver la liste des composants du dit-produit. On la trouve généralement tout le temps.
  2.  on va ensuite sur CETTE PAGE du site laveritesurlescosmetiques.com pour checker l’innocuité ou non de chaque composant ( vous allez voir qu'à ce stade, si votre envie n'est pas si tenace que ça, ça va vite vous décourager croyez-moi... ) 
  3. si plus du quart de ces composants est composé de satisfaisant http://www.laveritesurlescosmetiques.com/images/smiley18px_medium.gif, passable 6, insuffisant 66 ou déconseillé 666
    OU formulé autrement, si vous ne voyez pas ces deux sourires 66 sur au moins les 3/4 de la liste...

----------------> ON ZAPPE DÉFINITIVEMENT.



Il y a de toute façon la liste noire des non-négociables. C'est à dire que si vous voyez ça sur la liste, même si c'est le seul composant pas top, écoutez-moi et reposez le produit sur l'étalage, c'est la meilleure chose que vous pourrez faire pour votre corps et la planète :
  • *isothiazolinone : dès que vous voyez ce mot ou l'un de ses composés, FUYEZ ! C'est un conservateur antibactérien et anti-fongique ( entre autres ) TRÈS irritant et TRÈS allergisant.
  • *parabens : conservateurs cancérigènes et perturbateurs endocriniens avérés, leur traque est devenue à la mode. Le problème c'est qu'on les a remplacé par des conservateurs encore plus dangereux mais dont les noms sont inconnus du grand public. En tous les cas, quand vous les voyez eux : FUYEZ !
  • les colorants de synthèse : généralement très allergisants et irritants. C'est probablement un des facteurs qui a provoqué mon allergie à la totalité des rouges à lèvres du commerce, même BIO.
    Donc : FUYEZ !
  • Phenoxyethanol : Idem que les parabens. Un conservateur-solvant cancérigène avéré. Bref, vous m'avez comprise, je ne vais pas le répéter.
    Quoique si : FUYEZ !
  • BHT et BHA : Polluants notoires retrouvés dans les cours d'eau notamment, ils servent d'antioxydants dans les cosmétiques... mais dans la nourriture aussi !! Ö_Ö
    On marche sur la tête....
    Bref, vous savez quoi.
  • PEG et PPG : signifient polyéthylèneglycol et polypropylèneglycol. Ces noms barbares désignent en fait des composants cancérigènes dont on se sert également dans la fabrication des gaz de combats.
    Voila.
    Voila voila.
    Je vous dis de fuir là, ou... ?
  • EDTA : ah il est beau celui-là je l'aime bien. L'EDTA, par sa grande affinité avec les métaux lourds, va grosso-modo se fixer à eux et rester aussi bien dans votre corps.... que dans l'eau du robinet puisque les stations d'épuration n'arrivent pas à les filtrer.
    Vous reprendrez bien une petite louche de soupe avant de FUIR ?
  • j'ajouterais sur ma liste que quand je ne vois pas SPÉCIFIQUEMENT inscrit " non-testé sur les animaux ", c'est juste NON pour moi.

Sans oublier les silicones dans les shampoings, qui vont poisser vos cheveux et ne peuvent être éliminés que par les sulfates, substances ultra-irritantes pour la peau ; les sels d'aluminium cancérigènes dans les déodorants ; l'ammonique dans les colorations chimiques pour cheveux, extrêmement irritant et allergisant...

Et ne vous y trompez pas ! 
Même les produits pour bébés ( OUI ! ) sont farcis du même dangereux bouillon de culture chimique.
C'est tout bonnement SCANDALEUX.





III - Bref, en cas de SFA, toujours aller au moins pire, si on ne peut pas contenir cette frénésie d'achat :

Pour cela, je vous recommanderai bien évidemment de vous rabattre sur les produits BIO, en évitant la charte COSMEBIO qui n'est, selon moi, vraiment pas très fiable et dont le cahier des charges ne cesse de s'affiner...
Allez AU MOINS vers le ECOCERT, et achetez si possible dans les vrais magasins BIO qui pourront vous conseiller des labels stricts comme Demeter pour la nourriture.
Je ne les connais pas moi-même pour les cosmétiques, puisque je n'en achète pas, mais d'autres sauront vous renseigner parfaitement.

Pour les colorations de cheveux, tournez-vous vers le naturel comme le henné SANS SODIUM PICRAMATE ( un sel d'aluminium ), l'indigo, la garance, le curcuma... Tous ces produits sont disponibles dans des enseignes comme Aroma-Zone.


Vous pouvez aussi fabriquer vous-même vos produits cosmétiques, et la plupart d'entre eux d'ailleurs avec des ingrédients que vous possédez déjà dans votre cuisine !
J'y reviendrai dans un prochain article c'est promis, j'ai eu pas mal de demandes et je sais que ça vous intéresse beaucoup :)

Pour le reste, je vous renvoie une fois encore vers mes deux articles sur les cosmétiques : 1 & 2




 
IV - Enfin, sachez vous récompenser :

Parce que oui, étant donné l'état de sollicitation et de tentation perpétuelles dans lequel nous baignons, résister à acheter tient vraiment de la volonté de fer. Preuve en est que si ce n'était pas le cas, je ne serais pas en train d'écrire cet article et vous de le lire !
Alors quand on tient bon, il faut se récompenser.

J'ai deux manières de le faire : immédiate et reportée.

immédiatement : profitez de cette petite ou moyenne somme que vous n'avez pas dépensée pour vous offrir de beaux fruits et légumes BIO par exemple, histoire de vous faire un jus de ouf ! Ou offrez-vous une place de cinéma, un beau livre que vous vouliez depuis longtemps, une place de concert... etc.

Reporté : mettez les sous de vos non-achats dans une cagnotte qui vous servira à vous offrir un GROS cadeau : du genre cet extracteur de jus Omega à 350€, cette machine à coudre-surjeteuse dont vous rêvez tant, un voyage à Londres ou à Rome ! Ce joli chemisier en soie made in France Jean-Paul Gaultier, quelques jours de vacances en plus, un repas dans un restaurant étoilé, un week-end en amoureux dans un château en Écosse...

Vous voyez le principe :)
C'est le seul moyen de ne pas se sentir frustrée et finalement courir au magasin pour craquer...

 

V - Un peu de bon sens, enfin :


N'oubliez de toute façon pas, et ce en priorité, que la première et unique chose qui vous donnera une belle peau, des beaux cheveux, des beaux ongles, une jeunesse préservée, viendra à bout de vos cernes et de vos ridules, c'est CA :





Enfin, pour mes motivations personnelles, outre l'envie de me désintoxiquer des achats compulsifs justement et de me dépolluer le corps de toute cette chimie immonde et dangereuse, j'ai aussi de plus en plus en horreur ces images de TROP, de rayons qui dégueulent, de sur-offre permanente :





Et ce aussi bien dans les magasins que dans ma salle de bains, alors que je n'aspire qu'à une chose : vivre dans une maison Zero Waste, comme Bea Johnson.

Morceaux choisis :







Sachez également que toute cette méthode peut être appliquée à tous les domaines où le SFA peut sévir : vêtements, déco... refusez ce que vous ne désirez pas vraiment après un délai de réflexion, ce qui n'est pas de bonne qualité, ni déontologique, ou avec des matériaux gorgés de substances chimiques, etc. 


Enfin, je garde à l'esprit que mes choix de consommatrice sont les seules armes efficaces pour changer ce monde qui ne me convient définitivement pas.
Alors dès que je sens pointer une monté de SFA, je relis ostensiblement la phrase magique de Coluche :

« Quand on pense qu’il suffirait que les gens n’achètent plus pour que ça ne se vende pas ! »







Pour aller plus loin :

     • La page détaillée des substances cosmétiques les plus dangereuses pour l'homme et l'environnement :
       http://www.laveritesurlescosmetiques.com/risiko_fr.php

     • La page de la recherche INCI du même site : http://www.laveritesurlescosmetiques.com/incisuche.php

     • Le blog de Bea Johnson, Zero Waste Home : http://zerowastehome.blogspot.fr/



J'espère que cet article vous aura apporté.
Prenez soin de vous, je vous embrasse,
Saturne.






jeudi 4 septembre 2014

Les erreurs classiques du végétarien débutant


Quand on souhaite se diriger vers l'alimentation physiologique, en règle générale ( et c'est conseillé ), on procède par étapes : végétarisme, végétalisme, veganisme, option crudivore puis frugivorisme.

Je souhaitais donc aborder avec vous les différentes erreurs que j'ai faites lors de mon passage au végétarisme. Parce que je me suis rendue compte qu'elles ne m'étaient pas propres et qu'elles se retrouvaient chez nombre de végétariens, débutants ou non, d'ailleurs.
Ces erreurs pouvant parfois nous mener dans des parcours de santé pour le moins douteux voire délétères. Nous verrons donc que ce n'est pas parce que c'est VG que c'est systématiquement santé !





I ) Première erreur classique : la peur des carences.

        • Les protéines :

Aaaah le mythe des protéines. J'en ai moult fois parlé, notamment dans cet article. Alors je ne vais pas m'étendre pendant trois ans, mais juste vous rappeler la composition en pourcentages caloriques du lait maternel, unanimement reconnu comme l'aliment physiologique par excellence, aliment unique du bébé qui va doubler sa taille et sa masse en deux ans, c'est à dire au point le plus fort de sa croissance :
  • 53% de graisses
  • 41% de sucres
  • et 5% de protéines LIBRES ( c'est à dire d'acides aminés, pas de protéines complexes )
A savoir bien en dessous des 10 à 15% de protéines recommandées par nos autorités, alors que nous sommes des adultes et que nous ne grandissons plus...

Donc comme nous sommes maintenus dans ce système de peur et d'angoisse avilissantes permanentes, on va tout faire pour pallier à ces inquiétudes totalement infondées, issues d'un bourrage de crâne séculaire après qu'un scientifique a décrété que la protéine était " l'élément noble de notre alimentation ", et qu'il fallait absolument la consommer en quantité ( cf. le rapport Campbell ).

Pour cela, le végétarien qui veut bien faire va se protéiner la tronche à grands coups du fameux combo céréales + légumineuses... Ça part d'un bon sentiment ! Les céréales et les légumineuses ne présentant pas les mêmes protéines, leur association permettrait un équilibre dans ce domaine précis.

Le problème c'est que tout cela apporte un nombre bien trop important de protéines par rapport à la quantité physiologique nécessaire à notre bon fonctionnement, et qu'en plus, c'est encore une fois ingérer une belle masse de colles qui va nous boucher les intestins au mieux, apportant son lot de constipation, ballonnements, déminéralisation, j'en passe et des meilleures, voire carrément  enflammer notre tuyauterie dans le cas du gluten ( je vous renvoie à mon article ).

Il y a une autre option à la contre-attaque de la carence protéinique du VG débutant : les noix.
Quel végéta*ien ne s'est pas entendu dire : " il faut que tu manges beaucoup d'amandes si tu ne manges pas de viande " !
Et là, soyons logiques : les noix ( classiques, du brésil, de cajou... ), les amandes, les pignons, les noisettes... tous ces délicieux oléagineux ont un point commun.
Lequel ?
Ils poussent dans des coques dures comme du bois ! Dont certaines ( comme les amandes sauvages que j'ai cueillies pendant les vacances ), ne s'ouvrent qu'à grands coups de marteau !
Ce qui signifie très logiquement qu'en manger des quantités, écossées par centaines dans leur sachet plastique de grande distribution, c'est une hérésie alimentaire. On ne devrait en manger qu'une dizaine par jour.
Encore une fois la nature est bien faite : parce que ce sont des bombes de micro et macro-nutriments, il faut les mériter à coups de pierres, et on ne peut pas, dans la nature, en manger de grandes quantités à moins de passer outre les ampoules qu'on a aux mains ! :)





Enfin, la dernière parade anti-carence, et donc la dernière erreur : se gaver de laitages.
Les laitages sous toutes leurs formes. Fromage, lait, yaourt... Le problème c'est que passé un certain âge le corps n'est plus enzymatiquement adapté pour digérer le lait. Lait qui provoque nombre de déchets toxiques dans le corps puisque nous le consommons pasteurisé, donc cuit, donc mort. J'ai consacré tout un article là-dessus, je vous laisse le consulter pour tous les détails sur cet aliment aux bienfaits vantés scandaleusement mensongers. Pour le moins.


        • Le fer :

Depuis que je suis frugivore, je n'ai jamais eu un taux de fer aussi élevé...

Pourquoi ?

Parce qu'encore une fois, la cuisson détruit le caractère biodisponible/assimilable des minéraux à partir de 100°C. Comme on cuit plutôt la viande à forte chaleur pour les grillades et très longtemps pour les mijotées, lorsqu'on la mange, le fer est devenu inerte et n'est plus assimilable par l'organisme.
Quand j'étais encore omnivore, mon taux de fer frôlait l'insuffisance, j'étais vraiment vraiment au bas de l'échelle. Je ne sais plus en quelle unité on mesure les taux de fer, mais mettons que ce soit en µg/mol, la fourchette normale se situait entre 10 et 100 et je me situais à 12...
Lors de ma dernière prise de sang, j'étais à 72 !
Comme je mange énormément de feuilles vertes crues, riches en fer biodisponible, je le fixe ! Et a fortiori avec les quantités de vitamine C que m'apportent les fruits, l'assimilation est encore facilitée.







        • La vitamine B12 :

Ça aussi c'est le grand truc des anti-VG : " si tu ne manges pas de viande, tu n'auras pas de B12 et tu vas mourir. ".
Bien bien bien.

Alors encore une fois la vitamine B12 se retrouve dans la viande parce qu'elle est ingérée avec la terre qu'avalent les ruminants et les gallinacées.
- Achetez donc des légumes BIO de pleine terre, ne les lavez que modérément et vous n'aurez aucun souci de vitamine B12 !
- Si vous avez un jardin préservé de la pollution, genre pas un balcon à paris quoi, vous pouvez cueillir des plantes sauvages comme les pissenlits ou le chardon marie et les ajouter à vos jus ! Excellent pour la sphère hépatique ( un peu amer certes, alors on y va piano ), et plein de B12 :)
- Sinon, au pire, en mangeant un morceau de fromage de chèvre ou de brebis de temps en temps ( j'insiste: de temps en temps ), vous aurez votre B12.
- Et enfin si vous êtes VRAIMENT angoissé(e) de la vie, prenez un complément alimentaire et basta cosi.





II ) Deuxième erreur classique : penser systématiquement que VG = Santé.

Eh oui !
Nourrissez-vous de pâtes, de pain et de fromage, de chips, de frites, de pizzas végétariennes, de riz blanc et de légumineuses, ah ben c'est sûr, c'est végétarien, mais je ne donne pas cher de votre santé ( et de votre ligne ) à très court terme !

Très honnêtement, éthique mise à part, si l'on parle santé, il vaut mieux un régime crétois bien mené ( c'est à dire avec beaucoup de fruits et légumes et un peu de viande blanche + poisson )  qu'un régime végétarien de cette sorte.

Petit point aussi sur les jus de fruits du commerce : fuyez-les.
Tous, sans exception.
Boire un jus de fruits qui n'est pas fraîchement extrait dans votre cuisine revient à boire de l'eau sucrée avec un goût. La pasteurisation détruit la moindre parcelle de vitamine et celle que l'on rajoute artificiellement s'est évaporée quand les bouteilles arrivent en rayon.
Bref. Mangez des fruits, ça vous reviendra moins cher et vous aurez là de réels bienfaits.



II ) Troisième erreur classique : oublier que manger végétarien c'est avant tout faire la part belle aux fruits et légumes.


Végéta-*ien : appartient au champ lexical de " végétal ".

Nombre de VG que j'ai pu rencontrer oublient cet élément principal et essentiel et se contente de "ne pas manger de chair animale " !!
Si vous voulez réussir votre transition alimentaire, augmentez con-si-dé-ra-ble-ment votre part de fruits et légumes ! Le plus possible crus en fonction de la tolérance et du taux d'inflammation intestinale, et sinon cuits à la vapeur douce.
Parce que sinon, et lisez bien ces mots : c'est voué à l'échec et vous allez vous retrouver dans un état de santé aussi déplorable qu'un omnivore moyen.





II ) Conclusion :

Pour conclure je dirais que je pense très très honnêtement qu'une fois ce processus engagé, il faut aller jusqu'au bout. Je suis infiniment convaincue que le végétarisme n'est pas une fin en soi, mais juste une étape pour aller vers le frugivorisme qui est notre réel mode d'alimentation physiologique.

OUI je suis moi-même passée par ces étapes successives, parce que je tâtonnais et ai appris toute seule, OUI on doit s'adapter progressivement à ce nouveau mode de vie, OUI on doit écouter son corps et aller à son rythme, mais le végétarisme est vraiment une étape, une escale.
Gardez ceci en tête, et vous verrez de toute façon que naturellement, au fil du temps, vous aurez envie d'aller plus loin, et vous vivrez sûrement cela comme une libération.

Évitez donc au maximum, pendant ces périodes de transitions, d'intoxiquer plus encore votre corps, en consolant vos frustrations d'absence de viande par des tonnes de tartines et de fromage.
Éthique mise à part, la viande ( crue et en quantité congrue encore une fois ), par son apport en hormones et neuro-transmetteurs, peut être nécessaire pour des personnes vraiment épuisées nerveusement. Alors faites les bons choix.


Si de toute façon votre but est d'aller vers l'alimentation physiologique, prenez le temps de faire les choses bien, pour ne pas céder aux frustrations engendrées par une conduite précipitée et irréfléchie.



Pour aller plus loin :


  • Le site de Thierry Casanovas " Vivre Cru ", une mine d'informations à glaner au travers de centaines de vidéos : www.vivrecru.org
  • The Miracle Detox Sourcebook, une fois encore : 

  • Le Rapport Campbell : 





 -------------------------------------------------------------------

Je serai en concert avec mon groupe The Way I Am le mercredi 10 septembre au Rockside Café de Lieusaint ( Carré Sénart ) et le mercredi 27 septembre à l'Avant-Scène de Rueil-Malmaison.

J'espère en croiser quelques-un(e)s d'entre vous  là-bas !
Sinon, notre EP est toujours téléchargeable gratuitement sur notre site.
Retrouvez-nous également sur facebook.com/twiamband



-----------------------------------------------------------------------


J'espère que cet article vous aura apporté.
Prenez soin de vous, je vous embrasse,
Saturne